Bibliothèque numérique

Vous retrouverez ci-dessous et dans les pages suivantes tous nos ouvrages disponibles gratuitement en format électronique. Pour obtenir un dossier .zip avec l’ensemble de ces titres, utilisez le lien suivant :

Notre collection complète (68 livres, 303 fichiers, 153 Mo)

Nous rappelons que cette bibliothèque numérique n’existe que grâce à vos dons
et sollicitons votre générosité pour la pérenniser et l’étendre.


imageLEBAlbert Talbot, Les théories de Boisguilbert
(septembre 2014, 131pp.)

PDF    Mobi   Epub DOC HTML

Par sa grande modernité, et par le bon-sens de ses propositions, Pierre de Boisguilbert (1646-1714), mérite une appropriation par tous de son oeuvre. L’origine de la publication du présent livre est à trouver dans ce constat. La courte étude d’Albert Talbot offre en effet une introduction éclairante sur les idées économiques de Boisguilbert, et permet de replacer sa pensée dans le courant d’idées de la France de son époque. Une présentation sommaire ne peut éviter les défauts des introductions : et en effet ce court ouvrage n’expose pas chacune des facettes des idées et des propositions de réformes de Boisguilbert. Mais il parvient à les synthétiser, et à dégager les fondements du « système » de pensée que l’auteur du Détail de la France est parvenu à développer. L’exposition de ses principes, sur les questions les plus diverses et les plus fondamentales de l’économie politiques, telles que la monnaie, le libre-échange ou la réglementation de l’industrie, forme le fil rouge de cette étude.


imageLEBFrédéric Bastiat, Cobden et la Ligue, ou l’agitation anglaise pour la liberté des échanges
(novembre 2014, 330pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

L’année 1838 fut, en Angleterre, une année de crise. Le prix du blé, aliment de première nécessité, progressa de manière inquiétante, sur fond de pauvreté et de chômage pour une large partie des classes laborieuses. C’est alors qu’un groupe d’hommes éminents s’unirent autour de Richard Cobden, afin de lutter contre la cause réelle de ces déboires économiques : la loi-céréale (corn-law). Cette loi avait pour prétexte de protéger l’agriculture anglaise en fixant de lourds droits à l’entrée aux grains étrangers, mais pour seul effet de gonfler les rentes des grands propriétaires terriens, et de rendre l’alimentation toujours plus onéreuse pour le bas peuple. Cette campagne pour le libre-échange, cette agitation anglaise, fut un spectacle fascinant pour les économistes libéraux français. Le plus talentueux d’entre eux, Frédéric Bastiat, y consacra son premier ouvrage. Par la traduction de discours, accompagnée de longs commentaires explicatifs, Bastiat avait pour objet, selon ses propres termes, de « faire connaître la Ligue, ses principaux chefs, les doctrines qu’elle soutient, les arguments par lesquels elle combat le monopole ». Mais plus que l’histoire de la Ligue pour le libre-échange, ce livre est aussi la défense de l’idée d’association, et l’illustration du pouvoir de l’opinion publique, quand elle est soulevée et agitée dans la lutte pour des principes de justice et d’égalité des droits.


imageLEBLéon Say, Turgot
(avril 2014, 152pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

Tout à la fois philosophe, économiste, et ministre d’État, Turgot est une personnalité d’une envergure considérable. Collaborateur de l’Encyclopédie, ami proche de Voltaire, correspondant régulier de Condorcet, membre, bien malgré lui, de la Physiocratie, Turgot brilla d’une lumière rare au sein de la sphère intellectuelle française de la seconde moitié du XVIIIème siècle. Tour à tour intendant à Limoges, dans le Limousin, puis ministre sous Louis XVI, il a aussi laissé, comme administrateur, une trace incomparable. Par cette étude sur Turgot, publiée initialement en 1887, Léon Say nous faire connaître, en un nombre de pages assez réduit, la vie, l’œuvre, et la pratique du pouvoir de cet exemple que fut Turgot. Grand économiste en son temps, et quatre fois nommé Ministre des finances, Léon Say aborda son sujet de manière personnelle, et choisit l’angle de « traiter Turgot non en vaincu, mais en vainqueur ». Après des siècles d’études rabâchant inlassablement l’ « échec » de Turgot à réformer la France — ce dont Edgar Faure a fourni un énième exemple avec son fameux La Disgrâce de Turgot (1961) —, la perspective s’avère assurément très rafraichissante, d’autant qu’elle est finement argumentée.


imageLEBFrédéric Passy, Causeries économiques d’un grand-père
(novembre 2014, 150pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

Les Causeries économiques sont une série de trente-trois petites discussions entre un grand-père et ses petits-enfants, roulant chacune sur une question économique majeure : des services publics au libre-échange, et de la propriété privée à la solidarité envers les pauvres. C’est surtout par son style que ces Causeries économiques se différencient des publications sur l’économie. Les questions parfois naïves, mais souvent profondes, des petits-enfants, les réponses toujours argumentées et exprimées simplement, du grand-père, ne laissent plus de place à l’ambiguïté ou à la complexité habituelle des questions économiques. On y retrouvera aussi le noble engagement, qui fut celui de toute la vie de Frédéric Passy, en faveur des principes établissant une société juste, pacifique et prospère.


imageLEBBenoît Malbranque – La question de la paix dans l’économie politique française
(janvier 2015, 62pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

La paix est sans cesse à repenser, et surtout à reconstruire. Comment, cependant, la construire ? Quels sont les moyens de la pérenniser ? Le libre-échange entre les nations peut-il la favoriser, ou en éloigne-t-il plutôt l’accomplissement ? Telles sont certaines des questions que soulevèrent dans leurs œuvres les grands économistes français du passé. Car, en effet, la question de la guerre et de la paix les a intéressés au plus haut point : tous se sont penchés dessus, tous ont écrit dessus. Pour notre époque, encore troublée par les furies guerrières, il est précieux d’obtenir et de méditer attentivement leur avis, ou plutôt leurs avis, puisqu’ils furent loin d’être tous unanimes.


imageLEBAlbert Delatour, Adam Smith : sa vie, ses ouvrages, ses doctrines
(octobre 2014, 240pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

Plus de 250 ans après la publication de sa grande œuvre, la Richesse des Nations, Adam Smith reste, pour l’ensemble des économistes, un auteur incontournable. Il n’est pas une question économique aujourd’hui à l’ordre du jour, du libre-échange à la croissance, et du chômage à l’assistance aux plus pauvres, où l’on n’indique, presque comme un argument, les avis et les préconisations du maître. Il faut dire que pendant 250 ans, Adam Smith a pesé sur les débats des spécialistes de sa science d’une manière considérable. Élevé au rang de classique dès sa parution en 1776, son ouvrage d’économie, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, a convaincu ses contemporains et a gouverné les esprits du siècle suivant. Et quand, au milieu du XXème siècle, l’économiste écossais a pour un temps paru être passé de mode, c’est à lui qu’en sont revenus les auteurs qui, comme Milton Friedman ou Friedrich A. Hayek, ont initié un retour au libéralisme économique.

Adam Smith, auteur majeur, mérite donc d’être étudié. Si la lecture de ses ouvrages peut paraître exigeante et fastueuse, l’étude de sa vie et de ses idées nous est facilitée par ce travail d’Albert Delatour, pour la première fois réédité depuis sa parution en 1886, après qu’il ait été justement couronné par l’Académie des Sciences morales et politiques. Dans ce livre, Delatour nous présente d’abord l’homme : un professeur de philosophie morale issu d’une famille modeste de l’Écosse profonde. Il nous expose également les théories philosophiques que Smith exposa dans son autre grand texte, la Théorie des Sentiments Moraux. Enfin, il nous offre les clés pour comprendre les principes économiques fondateurs qui sont présents dans les cinq livres de la Richesse des Nations.


imageLEBYves Guyot, Nos préjugés politiques
(septembre 2014, 135pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

Économiste majeur de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe, Yves Guyot (1843-1928), a consacré sa vie à combattre les préjugés de son temps. Dans l’ordre économique d’abord, il a pointé du doigt les sophismes et les fausses bonnes idées qui naissaient de bons sentiments, mais d’une observation trop imparfaite de la réalité et d’une négligence pour les relations causales. Dans cet ouvrage paru en 1872, c’est aux préjugés politiques qu’il s’attaque. À l’attention des conservateurs et des utopistes, qu’il renvoie dos à dos, il démonte une vingtaine de préjugés qui empêchent la France d’être une république tempérée, protectrice des droits et des libertés.  Du manque de méthode dans la réflexion politique à l’attente déraisonnable d’un grand sauveur, tous nos préjugés y passent dans ce livre qui malheureusement n’a pas vieilli, tant nous avons peu abandonné nos anciennes chimères.


imageLEBTurgot, Mémoire sur les prêts d’argent
(octobre 2014, 110pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

En 1769, le commerce de la ville d’Angoulême fut paralysé suite aux poursuites intentées par des commerçants, ayant fait circuler du papier de complaisance, avant de tomber en faillite. Ils accusèrent leurs créanciers de leur avoir consentis des prêts à des taux usuraires. Turgot se proposa en conséquence de faire traiter cette question du taux de l’intérêt devant le Conseil d’État, et fournit un mémoire pour soutenir sa position : qu’il convient de laisser le taux d’intérêt se fixer librement par la loi de l’offre et de la demande. Dans ce mémoire, Turgot passe en revue les différentes justifications (morales, économiques, théologiques), qui défendent les lois réprimant l’usure, et il en démontre toute la fausseté. Il prouve, par des arguments généraux aussi bien que des raisons tirées de la connaissance du cas concret qu’il avait eu sous les yeux, que jamais l’État ne devrait se mêler de réglementer les prêts d’argent ; qu’il fait nécessairement plus de mal que de bien, malgré ses bonnes intentions ; enfin, qu’il n’y a aucun danger à laisser le marché définir dans chaque cas le taux de l’intérêt.


| 2 | 3 | 45 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

1 commentaire