Page principaleBibliothèque numériqueBibliothèque numérique – page 4

Bibliothèque numérique – page 4

imageLEBMurray Rothbard, Dépressions économiques : causes et remèdes (août 2014, 32pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

Les cycles économiques sont caractérisés par des phases d’expansion et de ralentissement, qui sont principalement le fait de l’intervention étatique dans l’économie en matière monétaire, bancaire et financière. La surabondance de crédit et la manipulation des taux d’intérêt forment un cocktail explosif qui saborde l’allocation optimale du capital, suscite des mal-investissements, et prépare la phase inévitable de récession qui doit s’ensuivre.

Ce petit livre, synthétisant la théorie autrichienne sur les cycles économiques et les crises, est enfin disponible pour le public francophone, grâce à une traduction inédite de Marc Lassort, chercheur-associé à l’Institut Coppet.


imageLEBJoseph Rambaud, Histoire des doctrines économiques (2 volumes) (juin 2015, 392 pp. et 226pp.)

PDF (tome 1) PDF (tome 2)

L’emprise qu’ont désormais les idées économiques sur les décisions politiques et la marche du monde rend cruciale l’histoire des doctrines économiques. Elle en rend surtout la connaissance précieuse. L’ouvrage que Joseph Rambaud leur a consacré est resté, plus de cent ans après sa première édition, un véritable classique du genre. Dans le premier volume, Joseph Rambaud remonte aux origines de la science économique : la Grèce, Rome, la scolastique médiévale, puis les premiers fondateurs de la science économique, Quesnay et les Physiocrates, suivis par Adam Smith et l’école classique. Enfin, Rambaud clôture la discussion par l’étude de quelques développements des successeurs des classiques.

Le second volume entend traiter des divers auteurs et courants contestataires : le socialisme utopique de T. Moore, Fourier, Cabet et les autres, l’historisme des Allemands comme Schmoller ou Wagner, puis le communisme, le socialisme d’État appelé aussi « socialisme de la chaire », et enfin le socialisme dit scientifique, c’est-à-dire le marxisme de Marx. Rambaud les étudie et les juge l’un après l’autre, sans complaisance et cependant avec la plus grande connaissance de leur histoire et nature respectives.


imageLEBTurgot, Réflexions sur la formation et la distribution des richesses (juillet 2015, 136pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

L’ouvrage que nous présentons ici au public constitue la toute première exposition sommaire des principes économiques. Turgot lui-même la présenta à son ami et confident Dupont de Nemours comme une « espèce d’esquisse », un « canevas ». En une centaine de sections, parfois sommaires, Turgot apporte en effet les éléments clés à la réflexion économique et fait le tour d’un grand nombre de notions, toutes destinées à peser d’un grand poids dans le débat économique. Ainsi Eugène Daire, l’un des éditeurs de Turgot au XIXe siècle, écrira : « La nécessité de l’échange, celle de la division du travail et de ses effets, la naissance et la formation du commerce, la classification de ses différents agents, l’origine et la nature de la monnaie, les causes qui ont fait consacrer les métaux précieux à cet usage, la révolution produite par l’introduction de l’or et de l’argent dans le commerce, la notion de la valeur en usage et de la valeur en échange, celle du capital et de ses divers modes d’emploi, le partage nécessaire des deux classes laborieuses en chefs capitalistes et en simples travailleurs, la légitimité de l’intérêt de l’argent, l’impuissance de la loi humaine pour en fixer le taux, les lois économiques qui le déterminent, et, enfin, l’analyse de tous les éléments de la richesse nationale : voilà les thèmes divers que la plume de Turgot a su relier avec un art admirable, pour en faire un ensemble scientifique auquel la précision la plus lumineuse sert de cachet. Jamais plus d’idées justes sur pareilles matières ne furent contenues en moins de pages. »

Contient en annexe une étude sur « la curieuse origine des Réflexions sur la formation et la distribution des richesses » et les Questions sur la Chine, adressées par Turgot à Ko et Yang.


imageLEBEcrits économiques de Voltaire (novembre 2013, 206pp.)

PDF

L’Institut Coppet est fier de vous présenter la première édition des Écrits économiques de Voltaire, compilés, édités, et annotés. On y retrouve un Voltaire vivement attaché au noble idéal de la liberté du commerce, et passionné par l’économie politique. S’il ferraille à l’occasion avec les économistes physiocrates, ce n’est que pour plus vanter leur œuvre par la suite, et célébrer l’arrivée au ministère de Turgot.

Ce livre contient des extraits des Lettres philosophiques, des Observations sur MM. Law, Dutot et Melon, du Dialogue entre un philosophe et un contrôleur général, de l’Épître sur l’Agriculture, de L’Homme aux quarante écus, du Dictionnaire philosophique, de la Diatribe à l’auteur des Éphémérides, et de la Correspondance de Voltaire.


imageLEBBenoît Malbranque, Rand Paul ou le réveil de l’Amérique (avril 2014, 212pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

Chef de file du Tea Party, icône du libéralisme américain, successeur naturel de son père, Ron, au sein de la frange libertarienne du Parti républicain, Rand Paul est la personnalité centrale de la droite américaine du futur. Comprendre son parcours, ses ambitions, ses idées, c’est ainsi, par la même occasion, comprendre la dynamique de la droite américaine et les raisons de sa résurrection récente, déjà annonciatrice de succès, et peut-être dès l’élection présidentielle de 2016. Le séquencement et le propos général des différents chapitres se rapportent à la personnalité de Rand Paul. Nous le verrons jeune, luttant pour ne pas succomber trop vite à l’appel de la politique, cette arène dans laquelle son père s’était jeté, mais qui le lui avait assez mal rendu. Nous le retrouverons à l’âge mur, sentant son destin l’appeler, et se présentant au poste de Sénateur dans le Kentucky. Nous l’abandonnerons solidement élu, élevé au rang de leader du camp républicain, et promis au plus brillant des avenirs.


imageLEBPierre de Boisguilbert, Le Détail de la France (septembre 2014, 136pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

C’est en 1695 que l’économiste Pierre Le Pesant de Boisguilbert (1646-1714) publie à titre anonyme une enquête sur l’état économique et politique de la France : le Détail de la France. Il fait le portrait d’une France appauvrie et n’hésite pas à accabler l’élite dirigeante, preuve en est ce titre sous lequel il republie son ouvrage l’année suivante : La France ruinée sous le règne de Louis XIV. Boisguilbert s’en prend tout particulièrement à Colbert et au mercantilisme, c’est-à-dire au protectionnisme et aux monopoles. Pour enrichir le roi et ses sujets, Boisguilbert propose deux solutions : 1° la liberté du travail, des prix et du commerce ; 2° la baisse des impôts. La création de la richesse repose sur le mécanisme de la formation de prix conformes à la justice naturelle, qu’il appelle aussi « prix de proportion », c’est-à-dire des prix permettant aux vendeurs de réaliser un gain et aux clients de participer à l’échange. Or le seul moyen d’obtenir ce résultat est de laisser agir librement la nature. Toute intervention de l’État pour augmenter ou abaisser les prix crée le désordre. C’est la nature seule (appelée aussi Providence) qui peut nous guider en matière de juste prix. Une première formulation de la doctrine du laissez-faire apparaît alors : « Tant qu’on laisse faire la nature, on ne doit rien craindre ».


imageLEBYves Guyot, Les tribulations de M. Faubert. L’impôt sur le revenu (octobre 2014, 112pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

Dans ce livre de 1898, écrit comme un roman voire comme une pièce de théâtre, l’économiste français Yves Guyot prédit les défauts de l’impôt sur le revenu, qui n’était encore qu’un projet à son époque. Il le voit devenir un impôt spoliateur, compliqué, et injuste. Et il l’est devenu.

Contient une introduction, initialement parue dans notre revue Laissons Faire.


imageLEBCorrespondance économique de Jean-Baptiste Say (mars 2015, 198pp.)

PDF Mobi Epub DOC HTML

Reconnu dès son vivant comme l’un des plus grands économistes de son siècle, Jean-Baptiste Say (1767-1832) fut lié de très près à tous les grands noms de la science économique de l’époque, du Physiocrate Pierre-Samuel Dupont de Nemours aux auteurs anglais David Ricardo, Thomas Malthus ou Thomas Tooke. Plus que d’être un simple correspondant il fut à bien des égards un partenaire, luttant avec eux pour l’éclaircissement des questions économiques et la diffusion des principes de la science.

Mais la correspondance est toujours aussi l’occasion de débattre, de s’expliquer et d’essayer de convaincre. Ces ambitions ne sont pas absentes, loin s’en faut, des lettres économiques de Jean-Baptiste Say. C’est ainsi qu’on y lira la défense argumentée et résumée des concepts économiques qui ont fait sa célébrité, de la loi des débouchés au principe de la valeur fondée sur l’utilité.


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10